piment d'espelette AOP   Logo BIPER XOKOA MAISTERRENA
Le piment d'Espelette AOPCulture et récolte du piment d'Espelette AOPGAEC MAISTERRENAProduits de la GAEC MAISTERRENAEspace gourmand piment d'Espelette AOPActualités de MaisterrenaContact Maisterrena

Certification Agriculture Biologique Paysage de culture de piment d'Esepelette au Pays Basque

Au Pays Basque, le goût se cultive.

Le piment d’Espelette AOP BIO ou Ezpeletako biperra…. Ce piment AOP BIO apporte une touche de chaleur en bouche ainsi qu’une note fruitée et aromatique aux préparations. C’est un piment épice et non un piment légume, totalement adapté à nos palais occidentaux...
(vous n’aurez pas la bouche en feu!!)

Piments d'Espelette en cours de séchage sur clayettes

Maisterrena, une affaire de famille.

Depuis l’année 2010, Michel, mon mari, et moi, Mirentxu, nous nous sommes lancés dans cette belle aventure qu’est la production de piment d’Espelette AOP. Une épice de chez nous, qui est devenue mondialement connue. Je vous parle un peu de nous, trois associés de ce GAEC.

Poudre de piment d'Espelette

Du producteur à votre assiette.

De la poudre de piment d'Espelette jusqu'à l'huile d'olive parfumée nous maitrisons la fabrication pour apporter à vos cuisines le meilleur de la tradition basque et partager ce goût et cette couleur de terroir. Poudre de piment, sel de Guérande parfumé au piment, crème ou gelée de piment d'Espelette AOP...


AOUT 2020
le 02/09/2020


Que s’est il passé ce mois d’août…

Ce mois ci, nous avons attendu la pluie. Le peu d’eau qui tombe est tellement infime que nous ne voyons pas la différence sur nos sols secs. Les pieds de piments sont en train de dessécher et ont du mal à se développer. Les plants sont plus petits et les fruits aussi du coup. Même dans le journal de TF1 avec Jean Pierre Pernaut, ils ont parlé de nous le 26 août et de nos soucis de sécheresse.

La filière avait demandé une dérogation pour autoriser les producteurs à arroser leurs parcelles, ils nous l’ont accepté et nous avons pu arroser une parcelle, celle qui en avait le plus besoin. Les autres sont restées dans l’attente d’eau et même si cette parcelle a eu de l’eau, cela ne veut pas dire qu’elle est sortie d’affaire. L’intervention n’a pas permis de lui donner toute l’eau qu’elle aurait eu besoin pour se développer. Les fleurs et les petits fruits sont là mais si la pluie ne tombe pas, le rendement peut être catastrophique. Cela fait 11 ans que nous faisons ce métier, nous avons connu des maladies, puis d’autres qui arrivent que nous ne connaissions pas.

Les dernières saisons, nous avons toujours eu des parcelles inondées, ce qui rendait le rendement de ces dernières très bas. Et cette année, voilà que l’inverse arrive, nous souffrons de sécheresse. Nous avons quand même commencé nos récoltes, premier jour le 6 août. Les sols sont secs, les feuilles sont flétries. Cela fait vraiment mal au cœur. Nous les mettons dans de superbes conditions au moment de la plantation, choix de la météo. Mais la nature reprendra toujours le dessus……

Le réchauffement climatique nous a complètement déréglé notre façon de travailler. Chaque saison, nous avons toujours notre lot de surprises et nous devons nous adapter et essayer de faire au mieux. De la pluie est tombée en fin de mois, mais on repart sur des jours et des jours sans gouttes qui tombent.

On fera le bilan en fin de saison…




Photo 1 : Plants avec des piments rouges prêts à récolter, des verts, des fleurs
Photo 2 : Piments récoltés le jour et mis en maturation sous serre
Photo 3 : Piments après 15 jours de maturation sous serre
Photo 4 : Après avoir passé trois jours au four, les voici broyés avant la mise sous vide et attente de passage en examen organoleptique pour pouvoir vendre notre production.



Trois générations : Ama (en basque : ma maman) qui est venue nous aider pendant ses congés, moi et mes trois enfants Elorri, Elaia et Ellande.
Nous avons fait intervenir un entrepreneur pour arroser la parcelle qui se trouve derrière la maison… Ils ont si soif nos pieds de piments……