piment d'espelette AOP   Logo BIPER XOKOA MAISTERRENA
Le piment d'Espelette AOPCulture et récolte du piment d'Espelette AOPGAEC MAISTERRENAProduits de la GAEC MAISTERRENAEspace gourmand piment d'Espelette AOPActualités de MaisterrenaContact Maisterrena

Certification Agriculture Biologique


SEPTEMBRE 2012
Posté le mercredi 6 octobre 2021


Le mois le plus intensif…….
 
Ca y est c’est parti. Il faut penser aux récoltes, dans quelles parcelles aller, puis les équeutages qui s’enchainent parce que les 15 jours de maturation sont passés et que les piments sous serre doivent aller au four pour la transformation en poudre, broyage, mise sous vide, préparation des commandes.

Nous ne voyons pas le temps passer et on aimerait avoir plus de temps dans la journée pour gérer tout ça. Côté temps, cela peut être plusieurs jours de pluie et chaud. Pas trop de maladies cette année, et la parcelle qui avait été grêlé s’est bien vengé et donne beaucoup de fruits et de fleurs.

Dès que les poudres sont sous vides, nous envoyons une demande de passage organoleptique auprès du syndicat du piment d’Espelette. Le lot doit faire maximum 180kg. Pour nous, un four = un numéro de lot. Tout doit être noté. Numéro de parcelle qui est au four, la quantité et date de récolte. Quand elle est broyée et mise sous vide, elle doit être aussi noté sur le cahier. Le cahier des charges demande à ce que tout soit noté. Dès que le syndicat a validé notre demande (les validations se font tous les jeudis), un agent préleveur prend une poche au hasard pour prélever 150gr. Ils seront ensuite dispatchés dans les verres de dégustation. Un jury de table est composé de 6,7 ou 8 personnes. Il y a des producteurs et des agents extérieurs qui ont passé une formation pour être qualifié à valider ou non ce produit.

Si le jury a décidé de valider, le producteur pourra commander ses étiquettes par rapport à la quantité de lot qu’il a eu conforme. Je commande le jeudi après midi et je peux récupérer les étiquettes le vendredi après midi. Il y a deux jours de permanence pour aller les chercher, le mardi la journée ou le vendredi après midi. Cela arrive qu’une poudre sorte non conforme (majorité du jury qui n’a pas validé la poudre), elle repassera le jeudi suivant. Si là, elle est validé, le producteur pourra commercialiser son lot de poudre. Si par contre, elle est encore refusé, le lot n’est pas conforme et le producteur ne pourra pas vendre son lot en tant que piment d’Espelette AOP.

Les dégustations qui se font tous les jeudis commencent au mois d’août avec les validations de cordes, et de frais (piments récoltés et qui sert à faire des produits dérivés ou vente directe après récolte à un autre producteur ou transformateur) jusqu’au mois de janvier voir février. Les piments restent en début de saison 15 jours sous serre pour la maturation mais vers la fin d’année, à partir d’octobre, l’ensoleillement est moins important qu’en été, et le piment a besoin de plus de temps pour maturer et cela peut durer jusqu’à 1 mois. Vous en savez un peu plus sur le déroulement de ses validations. Je vous donnerai le mois prochain les différents critères qui sont demandés pour valider une poudre AOP.

A bientôt et prenez soin de vous.
                                                                     Mirentxu





AOUT 2021
Posté le samedi 4 septembre 2021

Le mois que je préfère...

Là, les choses sérieuses commencent.

Le mois où nous commençons les récoltes. Nous avons débuté le 11 août, les fruits sont beaux. Les paniers se remplissent et partent sous serre pendant minimum 15 jours. Après ce temps, nous passons les piments un par un pour enlever les piments abimés et retirer toutes les queues. Ils ne savent pas qu’après ça, ils vont passer 2 à 3 jours dans un four à environ 60°C, pour finir par être réduit en poudre. Dès que la poudre a refroidi, elle est mise sous vide en attente de validation AOP.
Nous faisons une demande auprès du syndicat du piment pour faire passer nos lots auprès d’un jury, qui se réunit tous les jeudis, qui est composé de producteurs et de dégustateurs extérieurs (qui ont eu une formation). Un agent préleveur va prendre une poche au hasard et prélever 150gr et donner un numéro de lot dont chaque sachet sera étiqueté de ce numéro. Dès que le lot est conforme, c’est à ce moment là que nous pouvons commercialiser nos produits.

Revenons à nos récoltes, nous mettons plusieurs jours à passer tous nos champs. Les équeutages vont se rajouter, cela va durer plusieurs mois. Récolte, équeutage, broyage, récolte et ainsi de suite jusqu’au 1er décembre où la récolte se terminera. Nous avons un cahier des charges à respecter et des contrôles se font régulièrement pour vérifier que nous respectons tous les points. Contrôles en plus pour nous qui sommes en bio.






Nous vivons et travaillons dans un super cadre de vie mais parfois c’est compliqué à gérer, je parle des animaux sauvages. Cette semaine, en revenant de notre pause déjeuner, un chevreuil au beau milieu du champ en train de manger les plants, ou les lièvres qui se cachent dessous, ou les pies ou corbeaux qui croquent le bout des piments……..

Ici au pays basque, les journées sont belles. Des jours de pluie s’annoncent, on essayera de caser les équeutages à ce moment là. Côté potager, les tomates sont sur la fin, mais on en a bien profité pour les manger et faire des bocaux (ketchup fait maison, sauces tomates, ratatouille, ….).
Ikus Arte.      

Mirentxu


JUILLET 2021
Posté le vendredi 30 juillet 2021

La nature reprend le dessus.

Après ce mois de juin où les 10 minutes de grêle ont ravagé une parcelle, voici que ses plants se sont montrés fort et malgré la violence de l’orage, ils ont survécu et vont donner des fruits. Nous avions hésité, replanter ou laisser la nature faire les choses. Et bien nous avons eu raison de faire confiance à la nature, les plants deviennent beaux. Ils ne vont pas donner des fruits comme les autres parcelles, mais on y arrivera.

Cette année, nous ne sommes pas trop embêté par les maladies, les plants sont beaux, bien verts et les fruits poussent, d’abord verts puis tout rouge, moment où il faudra enfiler nos baskets, prendre notre panier et commencer les récoltes. Nous avons des pies qui attaquent nos piments, elles piquent une ou deux fois et le fruit est malheureusement à jeter et au lieu de s’arrêter sur un fruit, elles vont se régaler à faire ça partout. Le chevreuil passe pas loin, nous le voyons mais grâce à la clôture, notre production est protégée. Les coccinelles s’occupent des pucerons et ici au pays basque nous avons droit à plusieurs jours de pluie, puis du beau temps et de nouveau de la pluie.

Les plants se plaisent à ce rythme là. Les premiers passages dans les parcelles débuteront vers le 8/10 août où souvent la première visite est de faire tomber les piments abimés (comme le carnage de la pie, ou brûler par le soleil). Et le fait de faire tomber les mauvais piments va permettre aux piments sains de se développer sans défauts et d’arriver à maturation pour les récolter. Il y a eu deux passages de mauvaises herbes à chaque parcelle, c’est fou ce que la mauvaise herbe peut prendre la place et des fois dépasser la hauteur du plant.

Michel passe le micro tracteur avec le rotavator à l’arrière pour nettoyer les contours des champs, et ainsi avoir une jolie vision de nos parcelles. Nous sommes un peu maniaques et nous aimons arriver sur nos champs bien propres.





Je vous dis donc au mois prochain, prenez soin de vous.
A bientôt.
                            Mirentxu et Michel


Page précédente   ---  ---   ---  ---   Page suivante